Stop au silence. 10 ans de silence. 10 ans à enfouir "ça". "Ca" pourrait être comparable à une étiquette, une tare, un mauvais souvenir, une cicatrice à vie. "Ca" est quelque chose qu'on minimise, en tant que victime, en tant que bourreau et plus encore en tant que témoin. Si aujourd'hui j'ai décidé de parler de "ça", c'est qu'il est grand temps d'arrêter de se voiler la face. Et que j'ai également des comptes à rendre. Après exactement 14 ans. 14 - 10 jours pour être précise.

Cet article s'adresse tout d'abord à toi,papa, mais si je l'étale ici sur mon blog c'est qu'il s'adresse aussi à vous Messieurs les juges,avocats, psychologues, policiers, parents, bourreaux, victimes et à vous lecteurs. 

Pourquoi en parler maintenant? Parce qu'après un xième témoignage laissant penser que "ça" n'est pas grave,il est temps de rétablir les choses! Si, "ça", c'est grave! Et "ça" porte un nom. Le nom glacial et violent: ENFANT BATTU. 


Nous sommes le 17 novembre 2003. Le jour de ton anniversaire. J'avais 10 ans. Ce jour là, je ne te l'ai pas souhaité. Mais rappelle toi pourquoi? Souviens-toi de ce que tu avais fait 3 mois plus tôt? Des fleurs que tu avais piétinées. Fleurs que maman était venue gentiment m'apporter. Souviens-toi de l'état dans lequel tu étais. Hystérique. Terrifiant. Hors de contrôle. Alors oui, 3 mois après je ne t'ai pas souhaité le tien et je t'ai même provoqué du haut de mes 1m57 en disant que j'allais demander que maman ait la garde exclusive.Maintenant souviens-toi. Souviens-toi de ce qu'il s'est passé après. Souviens-toi de la gifle que tu m'as mise. Celle qui a failli me déboîter la mâchoire. On était dans la voiture. Tu t'étais arrêté juste devant le commissariat. Tu t'en souviens? Tu t'en souviens de comment et à quelle force ta main est partie?! Ce que tu appelleras plus tard "une simple gifle". Première fois.
Sache que ce qui a suivi m'a traumatisé. A vie. 
Pourquoi a-t-il fallu que tu t'acharnes? Pourquoi au lieu d'essayer de parler tu as juste redémarré en trombe jusqu'à la maison et que là a commencé l'acharnement. Ce que j'ai toujours appelé " les 10 commandements". Te souviens-tu de comment tu as isolé ma soeur, et de comment tu m'as jetée dans le divan? Te souviens-tu de chaque coup, chaque coup de pied que tu me donnais en disant de répéter "tes commandements". "Je suis ton père, tu me dois le respect" "Je suis ton père, tu m'obéiras". Où était le respect à ce moment là? Cette fois là, tu t'es acharné. Cette fois-là, tu as détruit mon enfance, mon insouciance et tu m'as brisée, moi, à tout jamais.

Te souviens-tu de toutes les fois d'après? Une liste tellement longue et douloureuse qu'il m'est impossible d'en parler ici. 4 ans. Ca a duré 4 ans. 4 ans de peur, de cris, de coups, de pleurs. 4 ans entre le SAJ, la psy, les avocats, 4 ans à connaître les bureaux de la police comme ma poche, à porter plainte encore et encore. 4 ans! EST CE QUE TU T'EN RENDS COMPTE? EST CE QUE VOUS VOUS RENDEZ COMPTE?!
4 ans parce que TOI, le juge,l'avocat, la psychologue n'estimaient "CA" pas assez.
4 ans à entendre " ce n'est que " ou mieux encore "c'est de l'exagération" ou en version psycho-phylosophique: "ton papa est maladroit. Il n'a juste pas le mode d'emploi pour aimer". 
Que vous fallait-il de plus? Une mort sur la conscience!? Ca, c'est suffisant??

A tous, réveillez-vous!
"CA" est grave!!  " CA" doit arrêter d'être tu. Autant enfant que femme. 
Vous connaissez peut être autour de vous quelqu'un. Une mère, une soeur, une amie, une voisine, une collègue. Aidez-les à en parler! Tendez leur la main. Ecoutez les. Mais s'il vous plait, arrêtons de minimiser ces actes de violences. 

Du fond d'un coeur en reconstruction, 

Géraldine